le sel

 

 

l’azur

 

la pierre

 

manque la terre

 

manque l’eau

 

 

 

 

 

 

j’approche de ma ligne

 

Je la reprends

 

elle n’est pas neuve

 

l’usure déleste la vie

 

 

 

c’est un chant bref

 

mais mû d’un fond ancien

 

d’une empathie

 

qui vous ferais vous tordre

 

pleurer dans le noir

 

d’une nuit

 

 

 

les mots coulent cailloux

 

roulent bosses

 

prennent mains

 

forment un loup

 

et l’appelle

 

 

 

 

je savais que ce jour

 

portait en lui une chose

 

je voulais en précipiter la fin

 

la précéder

 

en connaître le tout

 

je savais que ce jour

 

se levait

 

empli d’une sombre furie

 

mais je ne savais pas

 

qu’il me donnerait

 

à contempler ceci

 

et ce qui le suit

 

un peu de bruit pour mien

 

 

 

 

alors je commençais

 

à me contenter

 

à prendre pieds et causes

 

à m’assurer

 

sur le nom

 

et le prix

 

sur ce qui échappe et creuse

 

sur cela qui vous plie

 

tordre ai-je dis

 

puis mordre

 

et

 

s’enfuit

 

 

 

le dicible

 

ne

 

se

 

dit

 

pas

 

il

 

est

 

l’un

 

intangible

 

 

 

tout sera donné

 

très vite

 

et sans raison

 

si ce n’est l’intrinsèque

 

pensée du mystère