PATIENCE

 

1

 

 je m’abreuve d’herbes amères
de parts de prairies calcinées 
je mange je vois le ciel
c’est une concession riche
une lumière à mettre en pâture 
je suis l’obscur dans un flot lactescent 
mes forces s’assemblent ma volonté se perd

 

c’est la nuit je bois de frais bouquets
je les sens vivre cherchant leur secret spontané

 

je perçois le vent je l’incarne

 

je suis son endurance qui s’écoule comme un goût de sel dans ma bouche

 

une neige argentique dans la fumée des premiers temps

 

une pierre noire un dais constellé 

 

un cercle de redoutable éternité 

 

 

 

2

 

la fluidité des gestes

 

de l’un à l’autre poussée

 

la souplesse volatile des mains

 

chahutée comme parole à mille branches

 

ou encore le charme dépouillé des muscles

 

lancent l’alerte

 

dans le charbon des encres des suies et des boues

 

 

 

3

 

Je suis la faim

 

qui brille dans le déclin

 

la parfaite espérance

 

qui braille la savane

 

et confond toute chair

 

la farce à la dent brève

 

l’incendié destin

 

 

 

épilogue

 

 

 

Préviens le pain, qu’il sera comme la veine, tranché

 

Préviens le sang, qu’il ne sera jamais vengé